Comme le disait un sage Touareg, « cent ou mille ans, c’est beaucoup pour un homme et si peu pour tout un peuple ».

174493_100000154510824_4945725_q

Si ce n’est une mode qui ferait une longue saison et s’en irait, nos fils et les filles finiront bien par vivre un jour cette démocratie juste vécue par les mots de ceux dont la puissance par les armes est sans terrifie.

De l’Algérie au Zimbabwe, en passant par l’Egypte, la France, la Libye, la Russie, le Mali, la République centrafricaine, le Congo ou l’Amérique, les peuples parleront à la place de quelques groupes rebelles et des gouvernements qui ne les écoutent pas.

On laisse encore et toujours parler le plus fort qui ne dit pas son nom, et qui n’est fort parce qu’il arrive à mieux se mouvoir dans un état caméléonesque.

Un jour, oui, ce jour viendra, celui de la démocratie en vrai. On espère tout, même les utopies. Alors, on attend.