2013 007

LeCollectif 161 condamne fermement l’agression raciste qui s’est déroulée à Nabirat, région de Sarlat en DORDOGNE (France) ce jeudi 7 mai 2013.

La victime, un aide-soignant français d’origine sénégalaise en promenade dans la région, a été insulté d’injures racistes « sale nègre, on t’avait dit de rentrer chez toi », s’est fait rouer de coups violents lui valant une interruption de travail de trois jours, souffrant en l’occurrence d’un traumatisme crânien..

L’agression est purement raciste et préméditée puisque les trois hommes inculpés sont revenus sur place dans le but de donner une leçon au touriste dela mauvaise couleur de peau.

Un des faits remarquables et inquiétants est la différence d’âge entre les trois agresseurs. En effet le plus jeune n’a que 20 ans alors que les deux autres agresseurs sont âgés de 50 et 58 ans. Cela laisse penser à un racisme héréditaire.

Ce cas est d’autant plus grave que sans l’intervention de témoins, le touriste français aurait pu y laisser sa peau.

Le Collectif 161 n'admet pas qu’aujourd’hui ces trois agresseurs soient relâchés pour n’être jugés qu’en janvier 2014. Il est inadmissible que pour des faits aussi graves et avérés le jugement ne soit pas immédiat.

Doit-on s’attendre à un traitement de l’affaire comme il a été le cas entre autres, dans l’affaire de Mme Sylvie HAYOT en Guadeloupe qui a publiquement insulté et agressé des pompiers français, mais noirs, venus la secourir, par ces mots « Ne me touchez pas sales nègres » accompagnés de coups et de crachats au visage.

Malgré tout cela, elle a pu vivre sans crainte près de 6 mois avant d’écoper d’une peine de 8 mois de prison avec sursis, une mise à l’épreuve de trois ans avec obligation de soin, moins d’un an de suspension de permis et quelques 3500 € environ à donner.

 Le Collectif161 demande une condamnation rapide et juste; que la peine soit à la hauteur du préjudice.

Nous devons veiller à ce qu'aucun acte raciste ne soit passé sous silence.

 

Le Collectif161

-- 

Nul lieu du Monde ne peut s'accommoder du moindre oubli d'un crime, de la moindre ombre portée. Nous demandons que les non-dits de nos histoires soient conjurés pourque nous entrions tous ensemble et libérés dans le Tout-Monde. Ensemble encore, nommons la traite et l'esclavage perpétrés dans les Amériques crime contre l'humanité.

Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Wole Soyinka