paix

Étalage d’horreurs. Comme un train à un passage à niveau, une venant en cacher une autre. Des bébés tués à bout portant en Palestine, scènes mise en extrême infériorité devant l’inqualifiable barbarie d’un séparatiste ukrainien brandissant une peluche d’enfant mort dans l’assassinat de des passager d’un vol, celui de la compagnie aérienne de Malaisie. Plus de 200 jeunes filles prises en otage depuis des mois au Nigeria, mais qui pour encore en parler? Elles peuvent bien avoir perdu la vie sous la gesticulation volontairement déviée.

C’est l’Amérique, l’autre continent, qui diffuse les communiqués repris par les opinions publiques nationales, les radios de la Principauté bien aimée de Sakbayémé captent facilement les chaînes françaises, nous sommes au courant de tout. Les journalistes relaient le propos du grand américain pendant que le grand français ne dit rien. Sinon avec fermeté lorsque tout sera enfin décidé. C’est une sage prudence de sioux mais aussi, sioux n’est pas français, plutôt américain, un vrai !

Manifestations interdites à paris et sa région mais interdictions bravées et troubles assurées ! Manifestations autorisées dans le reste du pays et troubles non signalées, faisons les comptes et tirons-en trois conclusions : 

1 – Nous avons tellement mal que nous nous étouffons, alors dans un ultime effort d’humains qui refusent de mourir asphyxiés, nous nous battons pour au moins mourir les poumons en liberté. 

2- les gens qu’on laisse dire leurs souffrances ne s’en ajoutent pas d’autres. Ils pleurent avec la certitude d’être entendus, même si pas toujours écoutés ou compris

3 – L’ironie en politique, les peuples la connaissent. Les choix véritables des personnages politiques, nul ne les connaît. Sinon, bien plus tard, à l’heure des confessions.

Bombardés du vol, de la Palestine d’Israël et du Nigeria, femmes violées et enfants assassinés du Congo et de Centrafrique, ukrainiens de tous bords, peuple apeuré du Cameroun que Boko veut rendre Haram, leurs mains serrant les vôtres, des millions de personnes marchent à vos côtés et demandent aux puissants du monde, de mettre fin au malheurs que vous infligent vos ennemis !

Quand on pense que vendredi, samedi et dimanche, tous vont prier leurs dieux, leur demandant de pardonner leurs fautes et leurs manquements… comme ils pardonnent à ceux qui les ont offensés, LE SANG DOIT MONTER VOUP VOUP VOUP VOUP !