DSCN1149

La vie a laissé sur mon corps ses empreintes indélébiles, c'est à cela que je me reconnais, c'est cela ma réalité. Je me nourris de ses fumerolles d'angoisse. La marque de multiples séjours dont j'ignorerai à tout jamais les parcours et les significations. Mes incohérences et mes perversités tracent en moi un itinéraire inconscient auquel je tiens quand même avec fermeté. La rage dernière, épouvantable. L'ombre d'une lumière qui transparaît au crépuscule, s'efforçant de donner une signification aux doutes que j'héberge. Elles me sont apposées, héritage d'un certain acquis, d'une fin en soi défiant toute fermeture.

Je ne laisserai jamais mes semblables s'asseoir et se réjouir. Non ! Point de festivités généreuses où coulent sans cesse vin et miel. Le tocsin sonne, interminable, annonçant le temps qui n'a cessé de passer. Il est temps… toujours temps quelque part. Il faut sans repos poursuivre ma route. Encore. Quelle allégresse de pouvoir ainsi échapper à la griffe accablante de la routine et des contraires. Une occasion indéfinissable de prolonger la vie et ses bénéfices. Tout est conflit et délivrance, obstacle et échappatoire, labyrinthe et fil d'Ariane… joie et peine.

"Reviendras-tu ?" de Bitjomè Bi Man Mbai, L'Harmattan Editions